Au commencement était le web.

Alain Gerlache

Journaliste RTBF Web, Médias, Communication. #médiaTIC (La Première) #Média21 (Classic21) -

Secrétaire-général de la CTF (Télévisions francophones publiques de France, Canada-Québec, Suisse, Belgique)

Maître de Conférences à ULg Liège et UCLMons
Recent Tweets @AlainGerlache

image

C’est le 12 mars 1989 que paraissait un article considéré comme le point de départ du World Wide Web, les www devenus le symbole de la Toile mondiale.Son auteur : un informaticien britannique inconnu à l’époque : Tim Berners-Lee. Il travaillait au CERN, le centre de recherche nucléaire à Genève. Il n’était pas seul. Le Belge Robert Cailliau a lui aussi participé à l’aventure. Et c’en était une !

Comme le rappelle à l’AFP Marc Weber, le conservateur du musée de l’histoire de l’internet en Californie : l’idée était tellement audacieuse qu’elle a failli ne jamais se concrétiser. Le but c’était de créer est un logiciel pour naviguer parmi des informations en ligne en cliquant sur des liens et en ouvrant des fichiers sur des ordinateurs situés n’importe où.

Aujourd’hui ça parait  évident, mais pour Weber, il a fallu une solide dose de culot pour y arriver! Sans qu’on lui ait rien demandé, le chercheur a sorti de nulle part tout ce système de gestion de documents. Au départ ses collègues l’ont “complètement ignoré”.

Mais internet existait déjà,ses prémisses remontent aux années 50. C’est l’occasion de rappeler la distinction entre l’internet et le web, même si aujourd’hui on emploie souvent l’un pour l’autre. Internet, c’est la totalité de l’infrastructure comme un réseau de chemin de fer. Le web, c’est le trafic, la transmission des contenus et les échanges.

Il y avait déjà aussi des systèmes d’échanges de données en 1989, comme le Minitel par exemple. Ce qui a fait la différence et permis au Web de s’imposer c’est la simplicité, l’universalité et la gratuité dès lors que l’on avait une connexion à internet. Mais rien n’est jamais achevé ni acquis. Aujourd’hui, il y a encore des zones du globe qui en sont exclues. Soit par défaut d’équipement, soit parce qu’il y est censuré.

Et pourtant, le web continue son évolution. Dans les années 90, la première version - statique - permettait la diffusion des contenus. Au début des années 2000, nouvelle révolution : le web 2.0 a favorisé des échanges dynamiques entre les internautes, les blogs, les réseaux. Aujourd’hui, certains pensent que le web 3.0 sera sémantique. Des applications intelligentes  pourront « comprendre » des contenus et traiter des données pour les rendre accessibles. La profusion des informations, c’est en effet devenu un des principaux problèmes auxquels les internautes font face.

En tout cas, le Web est entré dans l’Histoire comme le moyen de communication qui s’est le plus rapidement imposé. Il a fallu 38 ans pour que la radio atteigne 50 millions d’utilisateurs, 13 ans pour la télé. Le Web n’a eu besoin que de 4 années.

10.03.14 Retrouvez médiaTIC à tout moment sur SoundCloud, et dans Matin Première (RTBF) du lundi au vendredi à 08:25. Vous pouvez collaborer et réagir à cette rubrique ici-même et via Twitter, Google+ et Facebook. Plus d’infos à découvrir sur MédiaTIC+.

Si vous constatez une erreur dans cette chronique, n’hésitez pas à m’en faire part.



  1. lesoleildugal a reblogué ce billet depuis alaingerlache
  2. alaingerlache a publié ce billet