Au commencement était le web.

Alain Gerlache

Journaliste RTBF Web, Médias, Communication. #médiaTIC (La Première) #Média21 (Classic21) -

Secrétaire-général de la CTF (Télévisions francophones publiques de France, Canada-Québec, Suisse, Belgique)

Maître de Conférences à ULg Liège et UCLMons
Recent Tweets @AlainGerlache

 image

Apres Microsoft et Apple, c’était au tour de Google de présenter ses prochaines nouveautés lors de sa conférence annuelle. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le géant américain ne manque pas d’ambition. Son fer de lance c’est Android, le système d’exploitation de ses appareils mobiles, c’est-à-dire le dispositif qui permet d’utiliser un téléphone ou une tablette. D’autres appareils sont en train de les rejoindre: les montres connectées. Leur fonctions vont bien au-delà de l’indication de l’heure, mais jusqu’ici elles laissent les consommateurs plutôt de marbre. Et aussi les Google Glass qui sont en voie de commercialisation et qui n’ont de lunettes que le nom puisque c’est en réalité un appareil mobile connecté qui se pose sur le nez.

Jusqu’ici, on reste donc dans les appareils dont la fonction première est la connectivité. L’étape suivante, celle qui a été présentée hier, c’est l’extension d’Android à d’autres objets dont l’usage premier est différent. Et d’abord l’automobile. De plus en plus de voitures disposent d’un système intégré radio/téléphone/GPS/divertissement. Avec Android Auto, Google veut en faire un véritable terminal connecté comme un autre où l’on retrouve globalement le même univers d’applications que sur les appareils mobiles classiques.

C’est un énorme marché potentiel qui n’intéresse pas que Google. Apple et son CarPlay et d’autres sont aussi sur le coup. Et les alliances que les géants hi-tech parviennent à nouer sont cruciales pour être en position de force.  Google se targue d’avoir convaincu une quarantaine d’entreprises de le rejoindre, dont 30 constructeurs automobiles comme par exemple Audi.

Autre domaine visé : la télé. Ce n’est pas la première tentative de Google de s’y implanter, mais cette fois avec Android TV, il espère bien que ce sera la bonne. Là aussi, le but c’est que les habitués retrouvent leurs applications habituelles sur l’écran de leur télé connectée, ce qui devrait en faciliter l’utilisation qui se traine un peu actuellement.

L’idée c’est qu’on retrouve Google partout où c’est possible.Comme pour Apple ou Microsoft, le but, c’est que nous soyons dans le  même univers partout. Et comme tout ou presque sera un jour connecté, c’est comme si ces entreprises partaient à la conquête de notre vie. En forçant le trait, on pourrait dire que le 19e siècle avait inventé la pilarisation philosophique avec les syndicats, les coopératives, les mutuelles, socialistes, catholiques ou libérales. Le 21e suscite la pilarisation hi-tech où on sera Android, iOS ou Windows. Ainsi va le monde et se créent ses tribus.

  1. regionsftv a reblogué ce billet depuis alaingerlache
  2. alaingerlache a publié ce billet